Journal
05/mai 2020

Clio Simon, artiste associée au CRP/

Clio Simon, artiste associée au CRP/
Clio Simon, artiste associée au CRP/
Repérage #1 du film à venir de Clio Simon (février 2020)

Clio Simon, artiste associée en résidence au CRP/ pour la saison 2019 – 2020 présentera son exposition « OIKOS » à partir du mois de décembre 2020.

Dans ce cadre, l’artiste prépare depuis plusieurs mois la production d’un nouveau film accompagné par le CRP/ avec le soutien de Pictanovo, du Fresnoy, studio national des arts contemporains, et de la bourse « brouillon d’un rêve » octroyée par la Scam (Société civile des auteurs multimédia).

Elle revient ici sur les enjeux qui ont guidé l’écriture et la réalisation de ce documentaire poétique attaché aux paysages de l’ex bassin minier du Nord.

 

EN ATTENDANT L’ÉTÉ

(titre provisoire)

Réalisation du film à venir, Clio Simon

 

En attendant l’été approche les histoires non-verbales d’un paysage en reconversion : le bassin minier du Valenciennois. Tenu captif par des enjeux historiques et patrimoniaux, ce “paysage minier” noir-charbon (inscrit au patrimoine mondial) fait silence, bruisse, murmure.

De passage dans le Nord, enfant des volcans endormis de Haute-Loire, mon regard hallucinait de contenir un paysage si vaste, si plat, si vide en apparence. Une question me taraudait : comment habiter de tels paysages ? Aujourd’hui, je crois comprendre qu’au-delà de ce “vide plat”, au-delà de ce visible, mon regard fut happé par la profondeur d’un hors-champ complexe où l’on finit par se demander si l’on observe le début ou la fin d’un monde.

Née au milieu des volcans endormis de Haute-Loire, cela fait aujourd’hui cinq ans que je cohabite avec la platitude du Nord. Mon regard scrute aujourd’hui ce paysage d’où surgissent les échos d’histoires plus ou moins familières. Celles aux couleurs “noires-charbon” de Saint-Étienne.

À l’écriture de mes films, j’appréhende le Réel comme une matière complexe, riche en possibles et en échappées poétiques (dans sa part de visible comme dans son hors-champ). Sensible aux histoires non-verbales contenues dans ce Réel, je suis à la recherche de la note de musique qui sourde en lui, résonne en moi. Une note de musique, un bruissement “politique” (au sens où la Polis est ici poésie de signes). Je pense à Les Saisons de Pelechian, Le Cheval de Turin de Béla Tarr et, en littérature, Les Paroles Gelées de Rabelais. Ce récit m’a accompagnée dans le Désert d’Atacama, au Chili, où j’ai réalisé trois films.

Là-bas aussi, de l’autre côté de l’Atlantique, je fus interpellée par le “Vide” de ce vaste désert où j’ai filmé l’apparition de la “Camanchaca”. Cette brume côtière, qui s’élève du Pacifique pour envahir le désert de sa blancheur, se joue de l’image tel un agent révélateur photographique. Dans ce désert aride, les attrape-nuages cueillent la brume. Leurs récoltes témoignent de la pollution environnante causée par l’industrie minière.

Si la fascination pour le paysage du bassin minier, dans le Nord de la France, fait écho à notre propre existence, elle est parfois d’une autre sorte, elle atteste de la folie du Monde et de celle des Hommes. Il y a alors de la stupéfaction pour ce qui nous entoure et nous dépasse. Parcours discrètement burlesque dans le bassin minier, En attendant l’été convoque les figures de l’absurde (En attendant Godot de Beckett…).

Les hommes non seulement vivent en société mais fabriquent constamment de la société pour vivre. Imaginaire et réel se retrouvent intrinsèquement liés pour interroger les fondements de nos sociétés. Ce qui me pousse à réaliser ce film (fable topique, allégorie) ce sont ces bruissements, cet invisible hors-champ, ces rêveurs qui se demandent comment protéger ce à quoi « nous » tenons collectivement ?  Un « nous » non pas identitaire, ni d’appartenance, mais bien un « nous » d’amour, qui défend une cause commune, s’invente et s’émancipe dans une démarche poétique. Tendre l’œil et l’oreille, pour écouter un paysage qui n’a jamais cessé de « nous » parler.

Clio Simon, artiste vidéaste

 

► Accéder au site de Clio Simon

 

 

 

Journal
05/mai 2020
Retrouvez-nous aussi sur :