légende

Métaphores urbaines, un choix dans la collection de Contretype

09 juin 19 août 2018

Le CRP/ s’associe pour son exposition estivale à Contretype, centre pour la photographie contemporaine à Bruxelles pour co-construire un projet autour de leurs collections respectives, nées de l’activité de production et de résidence de ces deux structures.

A Douchy-les-Mines, le centre d’art présente dans sa galerie une exposition autour du regard artistique et poétique que posent les artistes sur la Ville à partir d’un choix d’œuvres de la collection de Contretype. Ce centre d’art dédié à la photographie propose depuis 1997 un programme de résidences invitant des photographes venus du monde entier à se confronter à la capitale européenne. Il s’agit de redéployer leur recherche artistique à son contact et de produire des œuvres qui forment aujourd’hui un ensemble exceptionnel d’images sur la Ville, éclairant ses identités multiples et mouvantes.

A Athènes, les transports en commun sont appelés Metaphorai. L’on prend ainsi une «métaphore» pour se rendre au travail. La ville est en effet comme une langue avec sa syntaxe propre, ses figures de style, sa rhétorique « cheminatoire ». Les artistes présentés dans le cadre de l’exposition «Métaphores urbaines», à travers leurs œuvres donnent naissance à des objets et des images qui documentent et restituent sa fonction narrative. Ils produisent alors autant de récits sur Bruxelles et révèlent sa dimension métaphorique et son pouvoir de métamorphose.

Hétérogène et mouvante, la ville est propice à toutes les métamorphoses. « La forme d’une ville change plus vite hélas que le cœur d’un mortel » nous dit Baudelaire dans ses Tableaux parisiens. L’objectif des photographes capte des fragments d’un espace urbain appelé à de perpétuelles modifications et catalyseur d’histoires et de légendes en attente d’être ré-activées.

Cadrages et éclairages recréent une ville étrange, quasi désertée par ses habitants, enveloppée dans des lumières oniriques ou rendue à la sobriété du noir et blanc et à la rigueur géométrique des compositions. Les photos dessinent des itinéraires au fil des déambulations et des errances des photographes et témoignent de leur rencontre avec Bruxelles. Ils rendent la parole à la Ville et lui confèrent une profondeur en mettant à jour ses strates historiques. Ils débusquent le fantastique tapi dans ses décors familiers et quotidiens et par leurs gestes se constituent en archivistes de la Ville.

Artistes présentés :
Isabelle Arthuis, Elina Brotherus, Vincente De Mello, JH Engström, Enikö Hangay, Isabelle Hayeur, Philippe Herbet, Angel Marcos, Alain Paiement , Sébastien Reuzé, Satoru Toma.